<

Le Type qui Marche


Je n'ai pas le permis ; j'aime bien marcher.

Principalement à Paris, ville où je réside — même si je marche partout ailleurs également — car marcher permet tout. Se retrouver, se ressourcer, se recentrer, se réparer.

À pied, l'on se rend compte que la vie est en fait agréablement simple. Le stresse tend à disparaître — à compter qu'un bus ne nous fonce pas dessus Place de la Concorde — et, contrairement aux idées reçues, les distances semblent s'étrécir.

À pied, l'on se rend compte que chaque point n'est pas si éloigné d'un autre ; ce que tendent à nous faire croire les trajets en métro.

À pied, l'on ne met jamais plus de deux heures pour aller d'un bout à l'autre de la Capitale.

Mais cette Capitale, qu'en connait-on vraiment ? Sinon notre quartier, nos boutiques et nos cantines, les quartiers de nos amis et nos allers-retours au travail.

Voilà que nous filons vers Mars quand nos villes nous sont encore inconnues.

C'est ce qui m'a poussé à changer la donne. J'habite à Paris et, je me suis donné pour objectif de visiter chacune de ses rues. Aussi, à l'issu de ce projet, je serai sans nul doute le premier être humain sur terre à pouvoir officiellement proclamer : "Yo, j'ai (vraiment) visité Paris."


Le projet commence aujourd'hui, Lundi 7 mai 2018, et je ne sais pas quand il prendra fin.

Outre la forme physique, il prendra deux formes supplémentaires, à savoir :
— La rédaction d'un carnet de route, répertoriant chaque rue visitée dans l'ordre itinéraire, ainsi que son temps de parcours.
— La colorisation de chaque rue d'une carte vierge de Paris, aux couleurs choisies en fonction de mon appréciation ou non des artères traversées.

Sur Le Type Qui Marche, vous pourrez suivre mes pérégrinations.

Nos, pérégrinations, puisque j'entraîne parfois des invité•e•s.


Le Type, mai 2018